Vaginale clitoridienne

Votre respiration se fait plus rapide, votre rythme cardiaque s'accélère, vous avez des spasmes musculaires et vous vous entendez crier de plaisir! Tous ces signes sont pour vous rappeler que vous vivez un intense moment d'excitation : l'orgasme!


Historique "court mais intense" de l'orgasme

Les théories et recherches sur l'orgasme se suivent mais ne se ressemblent pas. Freud, avec qui tout le débat sur l'orgasme a commencé au début du siècle, affirmait que l'orgasme procuré par stimulation du clitoris chez la femme était un orgasme à caractère masculin car pour lui, le clitoris était le pendant féminin du pénis. Il soutenait aussi que la femme devait, pour devenir mature, atteindre l'orgasme vaginal. À la suite de Freud, Whilelm Reich avançait sa théorie disant que la santé psychique découlait de l'orgasme. En 1954, Kinsey et son équipe se sont penchés sur les orgasmes féminins (clitoridien et vaginal). Leurs recherches ont clarifié certaines choses : seulement 14% des femmes ressentent une sensibilité au niveau du vagin. Enfin, vinrent Masters et Johnson et leur fameuse étude de la réponse sexuelle en laboratoire. La conclusion de cette étude a permis de redonner au clitoris son droit au plaisir, sans pour autant croire qu'un orgasme clitoridien est immature, et de valider le fait qu'hommes et femmes ont des réactions sexuelles semblables.

Bien d'autres chercheurs ont amené des différences au sujet des orgasmes. Et il semble que l'orgasme féminin ait davantage attiré l'attention. Mais que ce soit un orgasme clitoridien, vaginal, vulvaire, anal, utérin, avec ou sans éjaculation, un orgasme reste un orgasme.

Clitoridienne...

"Clitoridienne ou vaginale?" vous demande-t-on à l'occasion. Quelle importance pourriez-vous répondre. Comme il a été dit dans notre petit historique, l'orgasme clitoridien était, et est encore, considéré comme immature. Beaucoup trop de femmes semblent croire encore que ne pas atteindre l'orgasme vaginal fait d'elles de mauvaises amantes. Pourtant, l'important n'est-il pas de jouir comme on peut et d'en être satisfaite? Faisons le point. À quoi sert le clitoris sinon au plaisir? Fortement pourvu de nerfs, le clitoris est très sensible au toucher. Pourquoi s'en priver? Situé juste au bas du Mont de Vénus, il est facilement atteignable...et encore plus facilement excitable. Qu'il soit touché par vos doigts, par les doigts ou la langue de votre partenaire, par le vibromasseur que vous venez tout juste de vous procurer ou par le jet de la douche ou du robinet lorsque vous prenez votre bain, le clitoris vous procurera un orgasme qui vous donnera l'envie de recommencer.

...ou vaginale?

De quoi l'orgasme vaginal est-il composé? Pour parler de l'orgasme vaginal, il faut d'abord parler du vagin. Moins pourvu de nerfs que le clitoris, le vagin est donc moins sensible aux stimulations. C'est lui, par contre, qui sera responsable de la lubrification vaginale qui survient lors de l'excitation sexuelle. C'est aussi lors de l'excitation que les parois du vagin prendront de l'expansion. Lors de l'orgasme, des contractions musculaires (5 à 12 contractions) se feront sentir à 0,8 secondes d'intervalle. Ce sont ces fameuses contractions qui nous apportent le plaisir de l'orgasme. Au moment de l'orgasme, qu'il soit obtenu par stimulation du clitoris ou par pénétration, d'autres réactions physiologiques apparaissent. Vous avez peut-être déjà remarqué l'augmentation du rythme cardiaque, l'apparition de rougeurs sur le corps, la respiration qui accélère, etc. Ces changements se produisent vite mais laissent derrière eux la satisfaction et la détente.

Multiorgasmique...

Oui, les femmes ont la capacité d'atteindre plus d'un orgasme lors d'une même relation sexuelle. Bien sûr, il suffit avant tout d'atteindre un premier orgasme; puis, viendra une période de repos appelée période de résolution. Durant cette période, si les stimulations se poursuivent, il est possible que la femme atteigne un deuxième orgasme. Faites-en une petite pratique.

...ou anorgasmique?

Vous n'avez jamais ressenti d'orgasme? Pas de panique! C'est possible de l'atteindre; il suffit de s'y attarder. C'est possible d'éprouver de la difficulté à atteindre l'orgasme. Sachez que celui-ci ne viendra pas sans que vous vous laissiez aller aux sensations et au plaisir. L'orgasme a besoin d'un certain abandon de votre part pour survenir. Il a aussi besoin que votre muscle pubbo-coccygien soit en bonne forme. Pour vérifier la capacité de ce muscle, essayez, lorsque vous urinez, d'arrêter le jet d'urine. Si celui-ci cesse immédiatement, c'est grâce au bon fonctionnement de votre muscle. Si le muscle est en mauvais état, il serait difficile de couper le jet. Si c'est le cas, quelques exercices pourraient vous aider à le tonifier. Ces exercices sont simples. Dans l'autobus ou devant la télévision, vous n'avez qu'à contracter le muscle à quelques reprises. Rien ne paraîtra mais vous serez pourtant en pleine séance d'exercices pour une meilleure santé... sexuelle. Vous mettrez ainsi les chances de votre côté pour atteindre l'orgasme ou en ressentir de meilleurs. D'autres facteurs peuvent vous empêcher d'atteindre l'orgasme : un manque de désir sexuel, un manque d'amour envers le partenaire, la peur que les voisins vous entendent, etc. Sachez que faire des lectures liées à la sexualité, faire de la relaxation ou, dans certains cas, suivre une thérapie si le besoin existe, sont des façons d'atteindre un jour l'orgasme.

Mettre le doigt sur le point G

Oui, toutes les femmes en ont un. Et le fait de le stimuler pourrait vous procurer un orgasme et même une éjaculation. Il est situé à environ 3 cm de l'entrée du vagin, sur la paroi supérieure. Pour le trouver, il suffit d'insérer un doigt à l'intérieur du vagin et de stimuler la paroi supérieure (celle vers le haut lorsque vous êtes couchées sur le dos). Une envie d'uriner peut se faire sentir au début de la stimulation mais poursuivez quand même et cette sensation laissera place au plaisir. Lorsque stimulé, le point G prend de l'expansion pour atteindre la grosseur d'un "Smarties!". L'orgasme atteint par le point G est souvent accompagné d'une éjaculation. L'urètre expulse un liquide indolore et incolore qui n'a rien à voir avec de l'urine mais qui aurait des similitudes avec le liquide sécrété par la prostate chez l'homme. Quant aux sensations orgastiques procurées par le point G, elles seraient différentes de celles déjà connues c'est-à-dire les spasmes musculaires. Le point G procurerait une impression de pousser vers le basé ce qui fait que le doigt ou le pénis à l'intérieur du vagin à ce moment en serait expulsé. Faites-en l'essai, seule votre expérience vous permettra d'en parler.

Orgasme et satisfaction

Votre satisfaction sexuelle vient-elle avec l'orgasme? Chaque femme aura sa réponse personnelle à cette question. Par contre, si vous répondez non à cette question, c'est probablement parce que vous êtes comblées par d'autres aspects de votre sexualité. Et l'orgasme n'est qu'un plus dans cette satisfaction. Vous arrive-t-il de vous sentir frustrées malgré que vous ayez atteint l'orgasme? C'est possible, car nous croyons à tort que l'orgasme est le seul signe d'une sexualité en santé. Pourtant, ressentir du plaisir et en donner, vivre une complicité et une intimité profondes et aimer et se sentir aimé, procure une sexualité riche, équilibrée et harmonieuse. Votre satisfaction sexuelle n'en sera que plus grande. L'orgasme, plus facile à atteindre dans ces conditions, viendra couronner le tout. Pensez-y!

En savoir plus...Sources: La réponse sexuelle et ses perturbations, Ann-France Paradis et Josée S. Lafond, Éditions G. Vermette Inc., Ottawa, 1990, 295p.

Sexualité au féminin et au masculin, Sylvie Lavallée, Éditions Trustar, 95p.