Point G feminin

Découvert en 1950 par Ernst Gräfenberg, le point G n'a pas encore obtenu l'unanimité de la part des chercheurs. Pas très facile à trouver, le point G serait pourtant une source de plaisir intense pour celle qui le découvre. Voyons cela de plus près.

Petite histoire du point G

À 3 ou 4 cm à l'intérieur du vagin, sur la paroi supérieure, se trouve cette petite zone qui, une fois stimulée, se gonfle et peut atteindre les proportions d'une Smarties. C'est là qu'est situé le point G.

Si vous insérez un doigt à l'intérieur du vagin, vous ne sentirez pas immédiatement la présence du point G.


Toutefois, en stimulant la paroi supérieure, le point G se gonflera et là vous saurez qu'il est là. Aux premières stimulations, le point G pourra vous faire ressentir une envie d'uriner. C'est simple, de par son emplacement, le point G est situé à quelques millimètres de l'urètre. Ce qui explique cette envie. Par contre, si vous poursuivez la stimulation, cette envie d'uriner se transformera en plaisir.

Des positions pour l'atteindre Seule ou en couple, il est possible de trouver le point G. Si vous êtes seule, la meilleure position est d'être assise sur les toilettes ou à genou sur votre lit, les jambes légèrement écartées. Insérer un ou deux doigts à l'intérieur du vagin et stimulez la paroi supérieure. Surtout, écouter vos sensations.

En savoir plus... En couple, votre partenaire pourrait stimuler votre point G de la même façon. Il est aussi possible, durant la pénétration, que le pénis stimule la zone. En position «cavalière», la femme au-dessus, penchée un peu vers l'avant, il y a de bonnes chances que le point G soit atteint de cette façon. Aussi, une position de pénétration vaginale par l'arrière pourrait favoriser la stimulation du point G. Par exemple, la femme couchée sur le ventre, les fesses relevées et son partenaire pratiquant une pénétration vaginale par l'arrière.

Orgasme et éjaculation La stimulation du point G entraîne bien sûr un orgasme. Un orgasme assez particulier semble-t-il, intense, qui donnerait la sensation d'une «poussée vers le bas». Pour certaines femmes, une éjaculation accompagne cet orgasme. Le liquide éjaculé en jet est inodore, transparent ou légèrement blanchâtre et fait souvent croire aux femmes qui l'ont expulsé qu'elles viennent d'uriner d'où le malaise que beaucoup de femmes et leurs partenaires vivent lorsque cela se produit. N'ayez crainte, malgré que ce liquide provienne de l'urètre, celui-ci n'a rien à voir avec l'urine. Il serait, en fait, la réaction physiologique tout à fait normale de la «prostate féminine».


Source : Corps Accord. Éditions Transcript, 1992.