Orgasme feminin

L' orgasme feminin est la réponse physiologique et psychologique à la stimulation sexuelle

Généralités

L'orgasme feminin est la troisième étape de la stimulation sexuelle, selon le modèle de quatre phases de la réponse sexuelle actuellement accepté. C'est la conclusion de la phase en plateau par la relâche de la tension sexuelle. Les hommes et les femmes subissent des cycles rapides de contraction musculaire de l' anus et des muscles du bassin inférieur et des organes génitaux.

L'orgasme chez les femmes et les hommes se caractérise par d'autres actions involontaires, dont des vocalisations et des contractions musculaires ailleurs au corps. Une sensation euphorique généralisée à l'orgasme.

Orgasme de la femme

L'orgasme de la femme est précédé par l'humectation des parois vaginales , ainsi que par le gonflement du clitoris par un afflux sanguin accru dans ses tissus spongieux. Plusieurs femmes montrent un rougissement sexuel répandu sur le corps dû à une vasodilatation généralisée. Quand la femme approche de l'orgasme, le clitoris se retire sous le prépuce clitoridien, et les petites lèvres se foncent. Quand l'orgasme est imminent, le vagin se contracte de 30 % et se gonfle de sang. Les muscles de l' utérus se contractent. Quand l'orgasme arrive, l'utérus, le vagin et les muscles du bassin subissent une série de contractions musculaires. La lubrification naturelle du vagin est alors intense.

Après l'orgasme, le clitoris sort du prépuce et reprend sa taille normale en moins de 10 minutes.

Certaines femmes n'ont pas de période réfractaire ; elles peuvent avoir un deuxième orgasme aussitôt après le premier. Chez d'autres femmes, la stimulation du clitoris après un premier orgasme est douloureuse en raison d'une trop forte sensibilité. Quelques femmes peuvent avoir des orgasmes multiples en série sans avoir besoin de se reposer entre eux. Le pourcentage de femmes multiorgasmiques est autour de 13 %. Une femme peut obtenir des orgasmes multiples plus facilement avec des jouets sexuels comme des godemichets .

Quelques femmes peuvent jouir d'un orgasme prolongé ( status orgasmus ) pendant plusieurs minutes. Ce phénomène est mal compris.


Éjaculation féminine

Beaucoup de femmes expulsent un liquide pendant l'orgasme. Ce liquide est produit d'habitude par les glandes de Skene . Voir éjaculation féminine .

Orgasmes vaginaux et clitoraux

Quelques chercheurs distinguent entre des orgasmes vaginaux et clitoraux.
Beaucoup de médecins et de féministes soutiennent que l'orgasme vaginal n'existe pas, et que l'orgasme ne s'obtient que par la stimulation clitoridienne. Des découvertes récentes sur la taille du clitoris (il s'étend dans le corps, vers le vagin) appuieraient cette théorie.

L'idée que les orgasmes vaginaux sont plus « matures » fut promulguée par Sigmund Freud . En 1905 , Freud argumenta que l'orgasme clitoridien était un phénomène adolescent, et que la réponse propre aux femmes adultes est l'orgasme vaginal (causé par le coït plutôt que par la masturbation ). Il ne présenta pas de preuves à cette théorie dont les conséquences furent développées largement plus tard.

En 1966 , Masters et Johnson firent des recherches importantes sur la stimulation sexuelle. Ils étudièrent autant les femmes que les hommes et tentèrent d'établir les étapes physiologiques de l'orgasme. Ils découvrirent que les orgasmes clitoridien et vaginal suivent les mêmes étapes. Ils argumentèrent donc que la stimulation clitoridienne était la cause primaire de l'orgasme.

Une nouvelle compréhension de l'orgasme vaginal a été élaborée dès les années 1980 . Beaucoup de femmes rapportent qu'il leur faut une stimulation vaginale pour atteindre l'orgasme, ainsi que ou au lieu de la stimulation clitorale. Des recherches anatomiques récentes ont suggéré une connexion nerveuse entre les tissus intravaginaux et le clitoris. Joint à l'évidence anatomique démontrant que le corps interne du clitoris est beaucoup plus grand qu'on ne croyait alors, ceci pourrait expliquer des orgasmes chez les femmes ayant subi l' excision du clitoris.


Publié sous licence FDL GNU. Voir licence de documentation libre GNU d'après l'article de Wikipédia .